Nouvelles

COVID-19 - Le gouvernement ajoute La Tuque dans les régions protégées

COVID-19 - Le gouvernement ajoute La Tuque dans les rgions protges

Nous désirons vous aviser que ce mercredi 1er avril 2020, le gouvernement du Québec a décrété dans un arrêté ministériel que l'agglomération de La Tuque fait maintenant partie des régions protégées par des points de contrôle routiers pour limiter la propagation de la COVID-19.

Il y a des points de contrôle sur la route 155 nord, sur la route 155 sud, de même que sur la route qui relie Parent et Mont-Laurier. Tous les déplacements jugés non essentiels sont interdits, incluant le fait d'aller à son chalet. Les travailleurs pourront toutefois continuer de venir à La Tuque parce que leurs emplois sont jugés essentiels.

Consultez le communiqué de presse du gouvernement à ce sujet en cliquant ici.

Si vous êtes propriétaire d'un chalet ou d'une maison à La Tuque et qu'il s'agit de votre résidence secondaire, alors que vous demeurez dans une autre ville la majorité du temps, vous ne pourrez pas passer aux contrôles routiers. Vous serez retournés à votre point d'origine.

Les gens qui sont déjà à leur chalet à La Tuque peuvent y demeurer, mais s'ils quittent La Tuque pour retourner chez eux, ils ne pourront pas revenir jusqu'à ce que la situation revienne à la normale.

Les gens de La Tuque ne peuvent plus se rendre à Shawinigan ou Trois-Rivières pour des raisons non essentielles comme le magasinage par exemple. Par contre, les déplacements liés à des rendez-vous médicaux sont jugés essentiels, donc permis.

Si vous avez besoin d'informations à ce sujet, nous vous invitons à contacter notre Info-Service au 819 676-5091 ou sans frais au 1 866 523-2121.

Même si ces nouvelles mesures contribuent à freiner la propagation du virus, nous demandons à tout le monde de respecter toutes les consignes du gouvernement, dont celles de demeurer à la maison et de ne sortir que pour combler vos besoins essentiels, de même que le fait de garder une distance de 2 mètres entre les personnes, car la menace est toujours bien présente.